Site sncf.com
Digital SNCF est un site de SNCF

#Atelier 574 : Cédric Villani ou l’aventure mathématique


cover_villani_574

« Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre » : vendredi 15 septembre, le 574 de Saint-Denis s’est mué en petite Académie platonicienne pour explorer le rôle des mathématiques dans l’innovation. Et qui de mieux pour offrir des éléments de réflexion que Cédric Villani, figure de renom dans le domaine ? Intelligence artificielle, porosité des matières scientifiques, impact des sciences sur notre quotidien… Le mathématicien a partagé son expérience en se focalisant sur des cas d’usage précis. Retour en « fiche de lecture » :

Qui ?

Cédric Villani est un mathématicien et homme politique français. Il est notamment récipiendaire de la médaille Fields, plus haute distinction internationale de mathématique pour son travail sur l’équation de Boltzmann et le transport optimal. Il est aussi professeur à l’Université de Lyon et directeur de l’Institut Raymond Poincaré.  

Quand ?

Le 15 septembre 2017, jour heureux pour la délégation Olympique Française revenant glorieuse de Lima au Pérou.

Où ?

Au 574 de Saint-Denis, à quelques encablures des premières vagues de fans en folie venant applaudir Jean-Louis Aubert et Les Insus au Stade de France.

Grandes idées ?

1) L’expérience du mathématicien : transformation et aventure

Il y a aujourd’hui des enjeux considérables de transformation pour un grand nombre d’entreprises en pleine phase de digitalisation. Au niveau économico-sociétal les experts parlent de 4ème révolution industrielle, avec comme pilier l’intelligence artificielle : un constat que partage Cédric Villani avec d’autres intervenants du 574 (Luc Ferry par exemple). Mais l’expansion de l’IA n’est pas exempte de son lot de défis pour se faire accepter. Selon le scientifique, « une phase d’adaptation ne se fait jamais de façon lisse, il y aura toujours des rebonds et des moments de petite ou grande panique. Le mathématicien n’est pas à l’abri et la mathématique a aussi son lot de rebondissements: de grands moments d’aventure ». Aujourd’hui, le fait d’appuyer sur un interrupteur pour allumer la lumière est un geste des plus naturels. Pourtant, les premiers systèmes électriques installés étaient redoutés par une partie importante de l’opinion publique, craignant de « mettre du feu dans les murs ». L’IA suivra peut-être le même chemin… 

cédric villani 2

Comme les entrepreneurs, les scientifiques rencontrent des moments d’incertitude dont « le 1er est la formalisation du problème, qui prend parfois autant de temps que sa résolution » rapporte le mathématicien. Ensuite vient le doute et parfois un flash de « certitude immédiate », « un moment eurêka ». Cédric Villani en a fait l’expérience, par exemple lors d’un exposé au Collège de France où il présentait ses recherches au titre drolatique « la conjecture de Cercignani est parfois vraie et toujours presque vraie » (disponible en libre accès pour les plus courageux). Lors de sa présentation, un de ses pairs l’avait interpelé sur l’éventualité d’insuffisances dans son exposé : le génie pouvait faire mieux. C’est en s’asseyant dans un TGV Lyon-Paris que le miracle s’est opéré, « un moment eurêka » où il aura trouvé comment dépasser ces précédentes limites.

2) L’IA façonne le monde de demain, entre science et pragmatisme

Cédric Villani est mandaté par le gouvernement pour définir la place de l’IA dans la société française. Un mathématicien comme grand témoin et penseur de la révolution de l’intelligence artificielle dans le pays… Toutes proportions gardées, on se laisse tenter par un timide parallèle avec la mission secrète confiée à Alan Turing durant la seconde guerre mondiale, temps fort de la place des mathématiques dans la société. Pendant ce tragique épisode de l’Histoire, la géopolitique mondiale dépendait de la résolution d’un problème mathématique : l’invention de l’ordinateur (la fameuse machine Enigma) et la capacité d’Alan Turing à percer à jour le système de cryptage des communications allemandes.

cédric villani 3
cédric villani 4

Si l’intelligence artificielle tient le beau rôle au sein de l’écosystème technologique actuel, elle rassemble également son lot de détracteurs dont certains se plaisent à imaginer des futurs oscillant entre « Matrix », « Terminator » et « iRobot ». Au sujet d’une « super IA » menaçant l’humanité, Cédric Villani a calmé avec humour les inquiétudes de chacun. Re-contextualisant les alarmes de Stephen Hawking (« le travail d’un physicien théoricien est d’imaginer l’impossible »), le mathématicien est revenu sur les déclarations d’Elon Musk en enjoignant l’audience à réfléchir à ses motivations : « Pour un grand entrepreneur high-tech dont une partie du modèle économique repose sur de l’IA, il est important d’avoir de grands financements. Pour avoir de grands financements, c’est important de faire le buzz. Pour faire le buzz, nous savons qu’une position raisonnable n’aura pas l’effet escompté : c’est plutôt la position extrémiste, catastrophiste, alarmiste qui fonctionne ». A bon entendeur…

Enfin, interrogé sur le rapport entre mathématique et IA, Cédric Villani surprend : « Il y a dans l’intelligence artificielle une partie conceptuelle et un algorithme, une part de pragmatisme et une autre de science. La part de cette dernière est très en dessous ; pourtant, les deux sont indispensables ». Selon lui ces disciplines se complètent, et l’important est alors de maîtriser chacun des volets de l’IA sans en négliger le moindre aspect, aussi abstrait soit-il. L’un d’eux pourrait avoir le pouvoir de faire bifurquer l’histoire de l’humanité, à l’aube de l’arrivée de machines capables, justement, de passer le test de Turing. Le député-chercheur rendra son rapport sur l’IA en janvier 2018. 

Femmes & Sciences : il faut oser !

Le sujet a été abordé lors de la session de questions-réponses suivant l’intervention de Cédric Villani : comment faire pour que les femmes s’orientent davantage vers les matières scientifiques ?  « C’est un vrai sujet » affirme le mathématicien, saluant au passage cette interrogation. Il cite alors l’exemple de l’Ecole Normale Supérieur de Sèvres, réservée aux jeunes filles, dissoute en 1985 pour fusionner avec l’Ecole Normale Supérieure réservée aux garçons. « L’idée nous semble louable, on parle là de progrès social. Mais en pratique, le nombre de femmes scientifiques a chuté pour ne plus jamais remonter » déplore le député. « On voit sur cet exemple à quel point le fait d’avoir une voie qui semblait protégée et rassurante pouvait avoir un effet bénéfique » ajoute-t-il. 

« C’est une affaire complexe dans laquelle les clichés sociaux jouent un rôle. Il faut en priorité que les femmes aient confiance en elles, pour qu’elles s’engagent dans ces études/carrières. Pour l’instant, la meilleure réponse est d’agir globalement en mettant en avant les parcours de femmes scientifiques, en informant les conseillers d’orientations qui peuvent entretenir les schémas et clichés sociaux… Il faudrait aussi faire des activités scientifiques spécialement réservées aux filles ». Et de conclure : « Si je n’avais qu’un conseil à donner : mesdames, allez-y, osez ! ».

cédric villani 5

Les punchlines

  • « Le vrai travail mathématique est à l’intérieur, il vient rarement de l’extérieur. »

  • « La caisse de résonance des mathématiques peut transformer complètement un monde. »

  • « La conjecture de Cercignani est parfois vraie, mais toujours presque vraie. »

Commentaires

S’enregistrer et se connecter