Site sncf.com
Le site de la transformation digitale du groupe SNCF

#Atelier574 – « La communication technique peut-elle résoudre les difficultés de la communication humaine ? » par Dominique Wolton

Dans cette conférence au « 574 », Dominique Wolton revient sur le principe fondamental de la communication humaine, comme pilier de la démocratie et de la paix. Pourquoi faut-il privilégier la communication humaine à la communication technique ? Pourquoi les avancées techniques en matière de communication sont apparues au détriment de l’humain ? Autant de questions que le sociologue pose, afin de tenter de rétablir l’échange et le contact entre les uns et les autres.

Publié le 10/02/2020 par La Rédaction
Dominique Wolton Chercheur CNRS

Qui ?

Dominique Wolton est un sociologue français. Il est directeur de recherche au CNRS en sciences de la communication et auteur de nombreux ouvrages.

Où ?

Au 574, le siège parisien de SNCF Digital situé à Saint-Denis (93), soit à environ 338 kilomètres de Selongey en Bourgogne, où a été créée la première cocotte-minute en 1953 par le groupe SEB.

Quand ?

Jeudi 23 janvier 2020, soit 16 ans jour pour jour après que la sonde européenne Mars Express a apporté la preuve de l’eau sous forme de glace sur la planète Mars.

« La communication, c’est l’enjeu de la paix et de la guerre »

Dominique Wolton Conférence Communication
En clair, l’information, c’est le message et la communication, c’est la relation. Dominique Wolton, Sociologue et Directeur de Recherche au CNRS

« Simultanément on s’aperçoit que la communication humaine est difficile, mais que la communication technique est de plus en plus performante » introduit Dominique Wolton. La performance des réseaux accentue donc la difficulté de la communication humaine. « On paierait n’importe quel parc technique pour échapper aux difficultés de la communication humaine, d’où les progrès de la 2G, de la 3G, de la 5G, d’où l’IA, d’où les robots etc., mais plus on va être équipé techniquement, plus dure sera la chute » ajoute-t-il.

Donc la question qui est centrale aujourd’hui, c’est comment faire pour que les valeurs d’information et de communication qui sont des valeurs fondamentales de l’humanisme sortent de l’idéologie technique ? Car la communication est l’unique outil pour cohabiter avec l’autre, pour supporter l’altérité, ou encore pour éviter la guerre.

L’autre question importante, c’est le rapport entre information et communication. « En clair, l’information, c’est le message et la communication, c’est la relation » explique-t-il. « Tout le problème, ce n’est pas l’information, ce qu’on ne maitrise pas du tout c’est la relation. Le problème central c’est le récepteur, donc la question de l’altérité » ajoute-t-il.

On a dévalorisé le concept de communication au fur et à mesure qu’on valorisait l’information. Et depuis 4-5 ans, l’information commence à aussi être dévalorisée, car plus il y a d’information, plus il y a de mensonges, de fake news. On est dans une période où tout le monde gère des milliards d’informations, mais plus personne n’accorde de confiance à celles-ci. « Donc, la question politique qui se pose devant nous c’est de revaloriser ces deux concepts. Car ils sont fondamentaux pour la démocratie » précise-t-il.

L’exemple de l’Union Européenne

« Un exemple positif, c’est l’Europe. C’est la plus grande aventure pacifique et démocratique de l’histoire de l’humanité » explique-t-il.

« On sait que l’on n’a rien à dire à l’autre pays voisin et on négocie, on passe son temps à négocier. Si dans le monde on est si admirés, si redoutés, c’est bien qu’on a réussi à résoudre ce problème politique du XXIème siècle, c’est-à-dire comment cohabiter quand on n’a rien à se dire » ajoute-t-il.

« Sur ces enjeux d’anthropologie politique, ce que nous inventons, les européens, est largement en avance sur le reste du monde, parce qu’on n’arrête pas de savoir que l’autre n’est pas un ami, mais qu’il faut bien sauver l’essentiel, c’est-à-dire éviter la guerre. La question de la communication comme stratégie de négociation, c’est l’avenir de la paix. » conclut-il.

Et chez SNCF ?

« Cette entreprise m’intéresse beaucoup car tout ce qui est intéressant chez vous ce n’est pas les tuyaux, ce qui fait votre force ce sont les relations humaines. Vous êtes un exemple typique de ce que la communication humaine est bien plus importante que la communication technique » explique Dominique Wolton. « Ce qui est important c’est que dans le patrimoine politique européen et français, SNCF c’est de la bataille, c’est de l’égalité, c’est du service public, c’est du service tout court. Un des grands combats de SNCF ce n’est pas d’automatiser tout, c’est de ré-humaniser, le but ce n’est pas de mettre des bornes interactives partout, c’est de les retirer » ajoute-t-il.

Il explique également que la création et l’invention ne se font pas par e-mail, mais lorsqu’on sort des tuyaux, des machines, et qu’on va rencontrer des hommes.

« Vous êtes une entreprise qui fait de la politique dans son rapport à la société, dans son rapport au temps, dans son rapport aux autres, alors faites un peu de tuyaux, de vitesse, de technique, mais votre principal atout c’est la question du service humain » conclut-il.

Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous sur la newsletter "Le Petit Digital" en quelques clics.

Tags associés à cet article :

Commentaires

S’enregistrer et se connecter
Recommandé pour vous
Best of atelier 574 e.SNCF
Ateliers 574 – Best of 2019
Lire la suite
Clara Balva
#Atelier574 – « La blockchain aujourd’hui » par Claire Balva
Lire la suite
Hackathon blockchain in the city SNCF Lyon
Hackathon « Blockchain and the city », ou comment explorer les nouveaux usages en mode collaboratif
Lire la suite