Site sncf.com
Digital SNCF est un site de SNCF

Ateliers 574 – Best of 2018

Cette nouvelle année est l'occasion de faire un point non exhaustif sur les #Ateliers574 de l’année passée, à découvrir ou à redécouvrir… Avant qu’ils reprennent de plus belle dès la semaine prochaine au sein des espaces 574 de SNCF.

Publié le 08/01/2019 par La Rédaction
atelier574

Le storytelling des données par Caroline Goulard

Dans cette conférence au 574 qui a eu lieu en mars dernier, Caroline Goulard, PDG et co-fondatrice de Dataveyes, une entreprise spécialisée dans la visualisation de données et les interactions hommes-données, nous a expliqué comment la visualisation des données et leur transformation en histoires peuvent avoir des conséquences bénéfiques sur la société. « Votre cerveau ne fonctionne pas comme un ordinateur, et pour s’approprier l’information, il va s’appuyer sur le potentiel narratif de cette information », déclare-t-elle. Elle a donc développé plusieurs méthodes (encodage visuel, animation, esthétique…) pour rendre accessibles ces données, aider à la prise de décision ou encore à la création de nouvelles expériences utilisateur. Ces données amènent également à développer des réflexes différents dans la société, comme par exemple d’avoir des comportements plus vertueux en termes d’écologie.

Qu’est-ce qu’inventer ? par Antoine Fenoglio

Antoine Fenoglio est designer industriel et Directeur de l’agence de design et d’innovation indépendante « Les Sismo ». Dans cette conférence au 574 datant de juin dernier, il s’est interrogé sur la signification de l’innovation aujourd’hui et sur les qualités nécessaires pour innover. « Inventer est rarement une question de méthode, il s’agit avant tout d’état d’esprit, porté par des personnalités », explique-t-il ainsi. Quatre qualités se retrouvent donc chez la plupart des inventeurs. Ce sont tout d’abord des personnes qui vont à l’essentiel et qui donnent la priorité à la simplicité de l’invention. Ensuite, l’inventeur doit se concentrer sur le contexte et l’environnement, pour que son innovation soit en phase avec la société. La curiosité est également un trait de caractère essentiel à tout inventeur, car il doit pourvoir faire des parallèles entre les différentes sciences pour ouvrir de nouvelles perspectives. Enfin, l’audace est primordiale pour tenter de nouvelles expériences et oser aller là où personne n’est jamais allé.

Innovation et cerveau par Lionel Naccache

En octobre dernier, le neurologue Lionel Naccache donnait des clefs pour comprendre le cerveau humain et le processus d’innovation. Alors que le cerveau humain n’a pas été modifié génétiquement depuis un million d’années, il a pourtant pu générer de nouvelles compétences pour créer des techniques et technologies innovantes, de l’écriture à l’imprimerie, en passant par l’essor des nouveaux moyens de communication comme Internet. Plusieurs explications existent pour comprendre ce phénomène : d’abord, un recyclage neuronal permettant d’utiliser un réseau cérébral existant pour des tâches nouvelles. Ensuite, la plasticité du cerveau permet à celui-ci de se modifier par l’expérience, l’environnement et l’éducation. « Le cerveau, à la différence des autres organes, est conçu génétiquement pour être modifié par son environnement », déclare-t-il. Enfin, le cerveau dispose également de noyaux dont l’utilité est d’être la base biologique de la motivation, ce qui engendre de plus grandes performances motrices et cognitives.

La disruption peut-elle être façonnée ? par Glenn Edens

Glenn Edens est un scientifique, chercheur américain et cofondateur de Grid Systems Corporation, la société qui a développé le premier ordinateur portable. Il est intervenu au 574 en octobre dernier sur le thème de la disruption. Selon lui, « la disruption est la manière de rendre un bien ou un service plus commode, plus simple, plus efficace. Pour créer un produit disruptif, il faut donc enlever la pénibilité, créer de la satisfaction, créer de la joie et surtout aujourd’hui créer du sens ». Pour y parvenir, plusieurs opérateurs de disruption peuvent être utilisés. On peut, par exemple, remplacer par une façon meilleure, moins chère et plus rapide la manière de faire quelque chose d’existant dans la chaîne. Il est également possible d’insérer une nouvelle technologie ou une nouvelle façon de procéder dans la chaîne. La troisième solution est de consolider la chaîne, en la rendant plus efficace. Enfin, la disruption peut avoir lieu en détournant la chaîne grâce à la création d’une nouvelle activité.

Information et crédulité contemporaines par Gérald Bronner

Gérald Bronner, sociologue français, explique dans cette conférence au 574, datant de novembre dernier, pourquoi l’apparition d’Internet a entrainé une dérégulation du marché de l’information et les conséquences qu’elle a eu sur la démocratie. « La première leçon que nous devons tirer de cette dérégulation du marché de l’information, c’est que certes c’est une démocratisation, mais c’est une drôle de démocratie parce que certains votent mille fois, alors que d’autres ne votent jamais », explique-t-il. Les pensées les plus radicales ont donc aujourd’hui pignon sur rue alors qu’elles n’étaient pas visibles auparavant. On constate une suractivité d’un certain nombre de groupes, ce qu’on appelle la tyrannie des minorités. Cela a été démontré chez les conspirationnistes, les anti-vaccins… Ainsi, l’océan d’information a tendance à créer une forme d’insularité cognitive, car la probabilité de trouver des informations qui correspondent à nos croyances est plus grande.

Tags associés à cet article :

Commentaires

S’enregistrer et se connecter
Recommandé pour vous
learnex_toulouse_2
Les Digital Champions SNCF explorent les innovations occitanes
Lire la suite
atelier574-paul-duan-2
#Atelier574 – « Data for good : une utopie réalisable ? » par Paul Duan.
Lire la suite
jose-gasparian-lcuu1j5q-qw-unsplash
CES ASIA 2019 : les innovations au service des métiers SNCF
Lire la suite