Site sncf.com
Digital SNCF est un site de SNCF

L’intelligence artificielle à la loupe

Sujet disruptif tant pour les industriels que pour le grand public, l’intelligence artificielle suscite également le débat chez SNCF. Forts de nombreux ateliers et innovations stimulées par le sujet au sein du groupe ferroviaire, revenons sur l’état de l’art de l’IA.

Publié le 29/08/2017 par La Rédaction
cover_recap_ia_deepmind

Le 28 mai dernier, AlphaGo remportait sa 3ème victoire consécutive au Go avant de prendre sa retraite sportive. Pourtant, DeepMind, l’entreprise à l’origine du programme, veut étendre le terrain de jeu au-delà du plateau ancestral chinois. A peine deux mois plus tard, cette IA nous surprend de nouveau en remportant un nouveau défi : contrôler un petit personnage virtuel, plongé dans un environnement présentant une série d’obstacles générés de manière aléatoire. Grâce à une technique de reinforcement learning, l’IA a pu faire sauter au-dessus d’un muret, ramper ou escalader son « agent », en fonction du parcours qui lui était soumis.

Le rapport de synthèse France Intelligence Artificielle, initié par le Gouvernement français, explique que le déploiement de l’IA repose sur « 3 piliers techniques ou technologiques ». Tout d’abord l’algorithme, ensuite les technologies des infrastructures scalables (device, stockage, réseau), qui permettent le traitement, le stockage et les échanges des données massives, puis l’accès à des bases de données annotées de façon à faciliter l’apprentissage et l’utilisation par des usagers non techniciens. Ainsi, l’IA bouleversera quasiment l’ensemble des domaines d’activité sur lesquels reposent nos sociétés et suscite déjà des débats houleux entre les fers de lance de ces nouvelles technologies.

Transformation des modes de transports, anticipation des besoins client, maintenance prédictive… Le secteur de la mobilité est naturellement concerné par les avancées de l’intelligence artificielle. SNCF rassemble donc régulièrement ses équipes, chercheurs externes et partenaires, afin de mutualiser leur savoir-faire et générer des idées innovantes en la matière.

IA faible : transformation de l’emploi ?

Lors de son passage au 574 Saint-Denis, Laurent Alexandre, référence française au sujet de l’IA, en a profité pour revenir sur la menace principale que représente l’IA faible : « écrabouiller les gens » en les remplaçant dans des tâches « automatisables » – malheureusement bien plus nombreuses qu’il n’y parait. Une IA faible est par exemple capable de détecter un cancer avec plus de précision qu’un médecin -. L’Homme du futur serait-il alors incapable de concurrencer l’intelligence artificielle ? Non, mais il ne pourra quasiment le faire que dans des métiers transverses. Pour en arriver là, la formation est cruciale : un avis partagé par le philosophe Luc Ferry. Durant sa conférence au 574 en avril dernier, l’ex-ministre rappelait qu’il est urgent de comprendre les promesses, les dangers et les enjeux éthiques, politiques et moraux de l’IA ; cela n’est possible qu’à travers l’enseignement des matières transverses telles que la philosophie.

S’il existe un point de divergence entre les deux hommes, ce serait sur l’hybridation homme machine - le transhumanisme -. Si Laurent Alexandre défend certaines formes du transhumanisme (comme celles permettant le séquençage ADN), Luc Ferry se montre plus réticent face à des projets comme celui des implants cérébraux soutenus par le patron de Tesla et Space X Elon Musk, qu’il juge « terriblement inquiétant ».

Smart Data : pouvoir au machine learning ?

De toutes les technologies développées pour l’IA, celles du machine learning (ML) - des algorithmes rendant possible la conception, l'analyse, le développement et l'implémentation de méthodes permettant à une machine (au sens large) d'évoluer par un processus - sont certainement les plus importantes. Leur spécificité ? Ils permettent à l’IA de s’enrichir au fil des entraînements. Selon cette analyse du Massachusetts Institute of Technology, plus de la moitié des entreprises utilisatrices du ML recensées ont constaté un retour sur investissement positif ; et 26% des primo-adoptants du ML allouent un quart de leur budget informatique aux initiatives ML.

Sur ce terrain longuement étudié lors de la première conférence e.SNCF, le groupe ferroviaire – et en particulier sa Fab Big Data - s’intéresse aux réseaux neuronaux. L’objectif ? Améliorer la performance de sa maintenance ferroviaire.

Dans ce cadre, il est naturel de se poser la question des propriétés intellectuelles : l’utilisation de l’IA génère de plus en plus d’œuvres brevetables. Sandrine Mondin-Simon, juriste chez SNCF et spécialisée en nouvelles technologies, souligne que les textes de loi jalonnant la propriété intellectuelle ne protègent pas encore les algorithmes - cœur de l’IA -. La productivité engendrée devra être régulée d’ici quelque temps.

IA et transport : vers davantage d’autonomie ?

Elon Musk annonçait en février 2017 l’arrivée de la conduite autonome complète dans le courant de l’année. Avant que les véhicules 100% autonomes ne soient sur le marché, les adeptes de la marque disposent déjà d’une suite d’assistance à la conduite (continuellement enrichie) qui leur permet de circuler en pilotage automatique amélioré.

Au-delà des actions de Tesla, l’automatisation des moyens de transport a le vent en poupe. C’est ce que Bruno Bonnell, serial entrepreneur et député LREM de la 6ème circonscription du Rhône, déclarait lors de sa conférence au 574 de Saint-Denis. Il a par ailleurs partagé sa vision sur l’avenir de la mobilité : le mobot, un robot autonome de transport partagé. Un peu comme NAVLY, la navette mise en expérimentation cette année sous l’impulsion de Keolis.

Le Groupe SNCF s’est également engagé dans un programme du train autonome à long terme : dès 2019, les expérimentations débuteront avec un train de fret, et 2023, les premiers TGV semi-autonomes devraient circuler sur des voies dédiées pour améliorer la fréquence des trains.

Envie d’avoir une vision de l’ensemble de l’écosystème de l’IA ? Voici les 113 entreprises d'intelligence artificielle à connaître aujourd'hui !

Tags associés à cet article :

Commentaires

S’enregistrer et se connecter
RA
Très intéressant
RIOU Anais, 15/09/2017

Super article, merci Edgar!

Recommandé pour vous
transilien-bot-cover
L’ÉTÉ DIGITAL - Miser sur le conversationnel pour enrichir l’information-voyageur
Lire la suite
ouibot
OUIbot : optimiser l’achat de billet grâce au conversationnel
Lire la suite
atelier574-luc_julia9
#Atelier574 – « L’intelligence artificielle n’existe pas » par Luc Julia.
Lire la suite